Séance 

 

du mardi 02 avril 2019

 

Le thème de cette séance : Le CONTE

 

 

 présentation du conte par Marie Claude

Qu’est-ce qu’un conte ?

 

A l’origine, un récit imaginaire transmis oralement ou par écrit, présent dans toutes les cultures et à toutes les époques. C’est un récit destiné à distraire et instruire en amusant. L’univers du conte varie bien sûr selon l’époque et le lieu. Un conte écrit en Chine se différenciera d’un autre écrit en Europe. On n’oublie pas « les raconteries près du feu » avec « les contes de la mère l’Oye » de Charles Perrault et encore maintenant, des conteurs ont l’art avec des histoires de captiver leur auditoire.

 

Les différents contes :

- Le Conte de fées utilisant un cadre merveilleux comme ceux de Charles Perrault au 17ème siècle avec des bons et des méchants.

- Le Conte philosophique où le héros est le porte parole des idées philosophiques côtoyant des personnages familiers. On y critique les aspects de la société, les mœurs, la politique et la religion. C’est le cas de Voltaire avec son Candide.

- Le Conte fantastique nous fait osciller entre réel et irréel. C’est l’exploration des domaines inaccessibles : Les frères Grimm, Théophile Gautier, Edgar Poe.

- Le Conte noir ou le Conte d’horreur : Guy de Maupassant, Ambrose Bierce, Jean Teulé.

- Le Conte plaisant pour amuser le lecteur : Alphonse Allais, Théophile Gautier.

- Le Conte satirique proche du conte philosophique dans lequel on aimera ridiculiser l’adversaire du héros « Zadig ou la destinée de Voltaire ».

 

- Quand l’Opéra fait des Contes Des musiciens ont fait appel à certains contes pour en faire des opéras joués dans le monde entier comme Turandot de Puccini, Hansel et Gretel de Humperdinck, Les Contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach, La Cerenentola de Rossini ou L’histoire de Cendrillon.

 

Les genres voisins du Conte

 

- La Nouvelle : en général, une histoire brève avec un seul sujet et peu de personnages. Elle se termine toujours par une chute (un dénouement rapide et inattendu). Guy de Maupassant et « Le rosier de Madame Husson ». S’apparentent aussi au Conte : le Mythe « Ulysse » la Légende (vie d’un saint ou d’un héros sur des faits incertains qui pourraient être exacts comme celle de « la dame blanche » le Récit épique « chanson de Roland » et la Fable (fait unique avec unités de temps et de lieu) avec Esope et Jean de La Fontaine.

 

Les caractéristiques du Conte et leur structure commune

C’est une pure fiction commençant par : « il était une fois ou en ce temps là… »

 

La narration est au passé car l’action se déroule dans un temps lointain. Il n’y a ni unités de lieu, de temps, ou d’action, c’est l’imagination qui  prime. On part d’une situation initiale où sont présentés les lieux et les héros, différents de nous, accomplissant des exploits que des humains ne peuvent pas réaliser. Les personnages ont rarement un nom mais, sont plutôt désignés par un vêtement (Peau d’âne, le Chaperon rouge) un trait physique comme dans Barbe bleue, l’ogre et le Petit Poucet. Le dénouement le plus souvent heureux, dépendra du résultat des épreuves avec une morale à la fin. Le Conte apparait comme le miroir de l’homme, dévoilant ses qualités et ses défauts mais, clamant la force des idéaux. 

 

En résumé :

Le sujet (un héros ou une héroïne) l’objet (sa mission) le destinataire (celui à qui profite la mission) l’adjuvant (celui qui va aider le héros) l’opposant (celui qui va lui nuire)

 

                          Situation d’équilibre

                                       

                          Elément déclenchant

                                       

                          Péripéties

                                        ↓

                          Dénouement

                                        ↓

 

                          Retour à la situation normale

 

La Magie du Conte

- Une prédominance du merveilleux et du surréalisme.

- Des lieux sont imaginaires : châteaux, forêts enchantées, petite maison dans la campagne…

- Des objets dotés de pouvoirs magiques : la lampe et le tapis volant d’Aladin, le  miroir dans Blanche neige, le soulier de Cendrillon, la botte de sept lieues du Chat botté ou le chaudron dans Le Petit Poucet, la baguette magique…

- Des personnages qui peuvent être des princes, des fées, des sorcières, des lutins, des géants, des fantômes,  des ogres, des méchantes belles mères, le diable… Certains peuvent dormir pendant cent ans.  

 

- Leur rôle est de charmer, de punir, de combattre les dragons, de sauver une princesse ou d’envoûter quelqu’un.   

L’importance du Conte

Tous les contes peuvent dire la vérité, en nous transportant ailleurs. Car, même si ces histoires sont imaginaires, les problèmes psychologiques évoqués sont vrais. Les versions originales des Contes de Charles Perrault du 17ème siècle étaient racontées à un public adulte, issues de la tradition orale populaire mais censurées pour ne pas choquer l’enfant.

Il a transformé ses récits pour être adaptés à la société de son temps, en tirer une morale et il a regroupé les textes pour en faire des Contes de la mère l’Oye. Y sont réunis : La Belle au bois dormant, Le Chaperon rouge, Barbe bleue, Le Chat botté, Cendrillon, Le Petit Poucet, Riquet à la houppe…

 

Bruno Bettelheim* (d’obédience freudienne) s’attache à démontrer que l’imagination et l’enchantement sont utiles et nécessaires au développement psychologique de l’enfant.  Leurs yeux émerveillés à l’écoute de ces contes sont les témoins de ce genre littéraire inépuisable et ce, dans le monde entier.

* Psychanalyse des contes de fées (1976)

Nos lectures éclectiques sur ce thème :

Contes du jour et de la nuit de Guy de Maupassant parus dans les gazettes Gil Blas et Le Gaulois dans les années 1882-83-84. Histoires parfois à dormir debout, drôles, coquines, tristes et cruelles voire horribles, mais se lisant bien grâce à un joli style descriptif des paysages corses et du Pays de Caux et des caractères des personnages dont l’appât du gain et la niaiserie : Rose, La parure,  Le crime du père Boniface,  La vendetta, L’ivrogne, L’aveu, Le bonheur…Beaucoup ont fait l’objet de téléfilms.

Les contes  de Jacob et Wilhelm Grimm publiés en 1806. Dans des décors féeriques, des histoires tirées de légendes assez noires car se voulant moralisatrices comme L’Ondine dans l’étang, Le pêcheur et sa femme…Les bonnes actions se voient récompensées et une certaine justice rétablie comme dans La dame Hiver (téléfilm allemand)

Le roi Mathias sur une île déserte de Janusz Korczak auteur et pédagogue au destin tragique dont une rue et le collège de Limeil-Brévannes portent son nom. Il a fui le ghetto de Varsovie et a été déporté avec ses élèves à Auschwitz. Il a défendu les droits des enfants dans ses livres en tentant de leur expliquer les folies des adultes. Conte écrit en 1920 ou  parabole pour enfants et adultes (même si considérés  par l’auteur inconvenants pour eux) sur l’apprentissage au contact de la réalité.

Le Tigre de Joël Dicker (1er ouvrage de l’auteur édité en 2005) Nouvelle ou petit conte satirique voulant montrer que l’animal par sa tactique, peut être supérieur à l’homme et, qu’il est malhonnête d’envoyer au massacre des personnes en échange d’argent afin d’assurer ses arrières. Agréable et joliment illustré.

Les contes de la Bécasse de Guy de Maupassant Un baron chasseur expérimenté et devenu paralysé, réunit chaque année ses amis pour un  diner à la fin duquel, le sort désigne le convive qui doit raconter une histoire. Des récits brefs se voulant drôles mais désuets comme La rempailleuse, Les sabots ou Pierrot.

Les contes interdits de Jean de La Fontaine (1675) Libertins écrits dans un langage ancien moins aisé à lire « pouvant corrompre les bonnes mœurs et inciter au libertinage» et censurés par le lieutenant général de la police De La Reynie.

Les contes de l’Alhambra par Washington Irving (1783-1859) qui écrivit des essais, des nouvelles et des biographies. Dans le superbe décor andalou de l’Alhambra, des légendes sont narrées comme celle du maçon trouvant un trésor ou des trois princesses…

Les contes bleus de Marcel Aymé (1902-1967) auteur de La jument verte, Passe muraille… Delphine et Marinette, des animaux dotés de la parole et ce, en l’absence de leurs parents cupides et méchants. La transformation des fillettes ou la transgression des interdits  parentaux et puis, à la fin tout rentre dans l’ordre.

L’horizon à l’envers de Marc Lévy  Roman d’une Belle au bois dormant moderne car respectant la structure d’un conte. Trois amis étudiants en neurosciences  à l’occasion de la mort imminente de l’un d’entre eux, vont mettre en pratique leur théorie : notre mémoire,  nos sentiments et notre conscience doivent pouvoir être transférés dans un autre corps.

Neige de Maxence Fermine Conte pour adultes se passe au Japon en 1884-85, son héros a deux passions : la neige et le Haïku. Il va apprendre à mettre de la couleur dans ses poèmes en atteignant douceur et pureté.

Le royaume du dragon d’or d’Isabelle Allende Un  fils du prince va être éduqué par un moine bouddhiste pour découvrir le dragon d’or, à l’abri au fin fond des montagnes de l’Himalaya. Encore une série de péripéties captivantes!

La belle éveillée par Gaël Aymon. Trois contes où les princesses prennent en main leur destin, où la vaillance n’est toujours pas du bon côté des hommes ni la sensibilité, l’apanage des femmes. Conte féministe pour adultes très divertissant avec des illustrations.

La Belle et la Bête de Gabrielle de Villeneuve(1740) et réécrit par Jeanne-Marie Le Prince de Beaumont en 1756. Cette 2ème version  fut adaptée au cinéma par Jean Cocteau en 1946. La Belle se sacrifie pour sauver son père mais, sous le masque de la Bête se cache un prince charmant follement épris d’elle. Dans le but, de faire distinguer aux enfants de l’époque la laideur physique de la laideur morale.

 

Candide de Voltaire (1674-1778) de cet écrivain sulfureux critiquant la religion, les régimes politiques et la société, ce conte philosophique  est paru en 1759 à Genève. Le héros va vivre des péripéties invraisemblables pendant son tour du monde. Selon son précepteur Pangloss optimiste: « les événements sont enchaînés les uns aux autres » « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes» « il faut cultiver son jardin » A lire ou relire.

La séance du mardi 14 mai 2019 sera consacrée à nos récentes lectures. Marie-Claude nous parlera de l’écrivaine Mazarine Pingeot 

Idées de lecture